présentation des peintures synchronistiques

mardi, février 04, 2020

Une Adoration des Mages

Gilles Chambon, Une Adoration des Mages, huile sur toile 50 x 70 cm, 2020
Décidément, même si je ne suis plus ce que l’on nomme un croyant, je ne peux pas renier ma culture chrétienne : la crèche et ses santons on fait la joie des Noëls de mon enfance, et les innombrables peintures représentant l’Adoration des Mages, continuent de parler à mon cœur de peintre. À tel point que j’ai acquis il y a une dizaine d’années une peinture vénitienne du XVIIe siècle représentant les trois rois-mages apportant à l’enfant Jésus l’or, la myrrhe et l’encens. C’est une représentation traditionnelle, qui s’inspire de Véronèse et de Rubens.

J’ai eu envie de rejouer la scène avec mes pinceaux, en transportant les principaux acolytes de cette peinture anonyme dans un décor intemporel emprunté à une toile abstraite du peintre grec Alkis Pierrakos (1920-2017). Pour compléter ma composition synchronistique, j’ai ajouté dans le lointain un groupe de cavaliers inspirés d’un tableau de Bruegel - qui ici représentent le troisième roi-mage et sa suite, arrivant un peu en retard… Quant à l’étoile qui les guide jusqu’à Bethléem, elle sort tout droit d’une lithographie de Matisse.

mercredi, janvier 08, 2020

Hector et Andromaque - Le poids du destin

Gilles Chambon, Hector et Andromaque - Le poids du destin, huile sur toile 65 x 50 cm, 2020
Pendant la guerre de Troie, le prince Hector doit affronter l’invincible Achille. Il sait qu’il n’a aucune chance et qu’il va périr dans ce combat. Alors il serre sa femme Andromaque une dernière fois dans ses bras. Les guerriers grecs et troyens sont de tragiques marionnettes, qui n’ont pas de prise sur leur destinée, soumise à la volonté des Dieux et aux lois de la terrible Anankè, personnification du destin.

Pour cette œuvre synchronistique, j’ai emprunté le couple à un tableau de Giorgio de Chirico, l’aspect « mannequin » sans visage d’Hector traduisant bien le statut de marionnette du héros malheureux. Le décor chaotique vient ma réinterprétation personnelle d’une peinture de Louis Latapie. On peut y comprendre déjà la future chute de Troie. Et si le soleil brille encore sur la chevelure d’Andromaque, Hector, lui, pose le pied sur un soleil noir, symbole de sa destinée funeste. 
Mais l’amour entre deux êtres n’est jamais si grand que lorsque la mort frappe à leur porte.